Dominique Fillon : magnifique hommage à Al Jarreau !

Synth

 

Ce mercredi 27 septembre 2017, Dominique Fillon (piano), Laurent Vernerey (basse), Francis Arnaud (batterie), invitaient Sylvain Gontard (trompette, bugle) dans l’écrin du Duc des Lombards.

Avec cette formation, Dominique présente son projet « Dance up on the roof, Tribute to Al Jarreau ».

Pas évident de rendre hommage à un tel géant !

Al Jarreau jouait de sa voix comme d’un instrument, imitant à merveille la basse, la batterie, ou les « soufflants ». Ses « conversations » avec les grands instrumentistes qui l’ont accompagné… ou qu’il a accompagnés – on ne sait plus trop – sont gravées dans les mémoires, de sorte que le pont naturel était déjà établi entre la prouesse vocale et la prouesse instrumentale.

Restait à inventer les bons arrangements et trouver la voie pour que tout évoque et suggère la voix. Dominique excelle à cet exercice. Et ce répertoire colle parfaitement à sa musique. Pianiste brillant et doué, il parvient à faire groover et faire « chanter » les mélodies. Sur scène, plutôt qu’e de proposer un hommage chronologique – façon histoire du jazz – qui pourrait vite devenir didactique et ennuyeux, Dominique préfère puiser dans le répertoire du maître de façon anachronique et apparemment aléatoire. En réalité les morceaux s’enchaînent à merveille dans un « live » bien plus construit qu’il n’y paraît. C’est une autre force de Dominique : la connivence avec le public, sans jamais tomber dans la complaisance ni la facilité. Tout semble couler de source, mais rien n’est évident.

La connivence, elle existe d’abord et avant tout entre les musiciens, sans lesquels rien de tout cette construction ne serait possible.

Laurent Vernerey (basse) et Francis Arnaud (batterie) se complètent à merveille. Jamais de surenchère ni de démonstration, tout en finesse et en justesse. Personne ne « domine » dans ce quartet. Chacun à sa place et au service du son d’ensemble. L’équilibre parfait au service de la musique et de l’efficacité du groupe. Aux aussi, portent la voie du maître, maintes fois suggérées par le maître lui-même dans ses scats improbables.

Connivence encore entre Dominique (piano) et Sylvain (trompette, bugle). Ces deux-là se connaissent bien, et ont renforcé leur complicité au gré des concerts en duo, dans un autre projet.

Les thèmes les plus connus (tel le fameux Take five de Paul Desmond ou encore Roof Garden) emportent évidemment l’adhésion immédiate du public, pourtant l’interprétation qu’en donne le groupe n’a rien d’évidente et n’est jamais racoleuse. L’esprit d’Al Jarreau flotte décidément sur cette musique lumineuse.

On aimerait faire durer la magie. Le public conquis du Duc des Lombards en redemande.

A la sortie, dans la cohue des fans, entre deux dédicaces et trois selfies, un amateur éclairé lance à Dominique : « J’adore Al Jarreau. J’ai eu la chance de le voir plusieurs fois sur scène. Votre hommage est une vraie réussite. A quand un album avec ce répertoire ? »

Les sessions du Duc des Lombards n’auraient-elles pas été enregistrées ?

La balle est dans votre camps, Monsieur Dominique Fillon !

 (c)Bob Garcia

 





© 2014 JazzActu.tv Accueil | Contact
www.jazzactu.tv
Mention légales